French / Française - Les filtres Pall pour systèmes respiratoires et leur apport à la protection contre la grippe

2009年5月7日

La grippe fait les gros titres des journaux presque tous les jours.La survenue possible d’une pandémie grippale résultant d’une mutation du virus H1N1 constitue un souci pour le public et les professionnels de santé.Dans ce contexte, une question a été posée à la Société Pall:“Les filtres Pall pour systèmes respiratoires offrent-ils une protection contre la contamination du circuit de ventilation par les virus provenant d’un patient contaminé puis contre la contamination de l’air ambiant de l’hôpital via le ventilateur?”.

Pour représenter une barrière à la transmission de bactéries ou de virus via le circuit de ventilation, un filtre doit efficacement bloquer différentes voies potentielles de transmission. 

Les micro-organismes infectieux peuvent être présents dans la salive du patient ou dans ses sécrétions bronchiques.La toux et les aspirations des voies aériennes peuvent générer un aérosol de petites gouttelettes contenant les agents infectieux.Au cours de leur transport dans de l’air sec, le liquide des gouttelettes peut s’assécher et former des gouttelettes エンコア plus petites qui peuvent エンコア véhiculer les micro-organismes infectieux et rester en suspension dans l’air pendant des périodes prolongées.Pour cette raison, les agents infectieux peuvent être transmis par voie aérienne via des micro-gouttelettes ou des sécrétions liquides.

Pall Corporation a réalisé une validation très large des filtres pour systèmes respiratoires pour montrer qu’ils constituent une barrière vis à vis de ces voies de transmission.

La validation des filtres pour systèmes respiratoires vis à vis de tous les agents pathogènes connus n’est pas possible et n’est pas nécessaire pour démontrer leur efficacité.Les filtres Pall pour systèmes respiratoires ont été testés vis à vis d’un grand nombre de bactéries cliniquement significatives (incluant :Mycobacterium tuberculosis , Pseudomonas aeruginosa , Bacillus subtilis , Staphylococcus aureus ) et de virus (incluant, le Virus de l’Immunodéficience Humaine et le virus de l’Hépatite C ). En outre, ces filtres ont été soumis à des aérosols de bactéries (Brevundimonas diminuta ) et de virus (Bacteriophage MS-27) , ces micro-organismes représentant la référence en matière de rétention sur la base de la taille .Ces études ont démontré que les filtres Pall pour systèmes respiratoires constituent une barrière aux liquides contaminés et présentent une efficacité de rétention vis à vis des bactéries et des virus aéroportés d’au moins 99.999%.

En tenant compte de la taille du virus influenza (80-120 nm), de son taux de survie sur les surfaces inertes, de ces études de référence, il n’existerait aucune raison pour s’attendre à ce que les filtres Pall pour systèmes respiratoires ne soient pas aussi efficaces pour prévenir le passage du virus influenza. 

Joseph S. Cervia博士、M.D.、M.B.A.、FACP、FAAP、FIDSA
臨床学教授 (薬学および小児科)
アルベルト・アインシュタイン医学校
医長
生物医学部、シニアバイスプレジデント
Pall Medical


1 Aranha-Creado, H. et al.Infect Control Hosp Epidemiol 1997;18:252 - 254
2 Willie B. Krh.-Hyg. +Inf.verh. 1990;12:24
3 Wilkes A.R. et al.Brit J Anaesthesia 1999; 82:461 - 462
4 Rosales M & Dominguez V. 2nd International Conference on Prevention of Infection, Nice, France, 4-5th May 1992
5 Lloyd G et al.Centre for Applied Microbiology and Research, 1997.
6 Lloyd G et al.Anaesthesia and Intensive Care 1997;25:235-238.
7 Pan L. et al.Pall Corporation Technical Report BCF2, 1995